Le gang de bikers noirs 02

Alexa Nova

Judith ne pouvait croire, qu’il y a seulement quelques jours, elle était une femme ordinaire, respectée en tant que membre du conseil d’administration de l’association de sa paroisse. Elle avait l’habitude de faire des gâteaux pour les collectes de fond au bénéfice des plus démunis.

Personne n’aurait jamais soupçonné cette belle femme rousse de 38 ans avoir un secret qu’elle cachait depuis des années. Elle remplissait ses devoirs d’épouse et paroissienne. Personne ne pouvait deviner qu’elle était une salope pour hommes noirs. Elle était discrète et prudente sur cette dépendance, surtout dans sa ville. Elle profitait de ses voyages à Dallas, alors que ses enfants étaient à l’université et son mari à son travail, pour assouvir ses besoins.

Judith avait besoin d’être utilisée par de grosses queues d’hommes noirs. Toutes les deux semaines environ, elle programmait un voyage chez ses parents afin d’être abusée par des blacks.

Toutefois les choses changèrent lorsqu’elle organisa son dernier voyage de deux jours. Elle pensait qu’elle pourrait faire comme d’habitude : Elle quittait ses parents pendant la journée, sous le prétexte de retrouver de vieux amis mais en fait elle rejoignait des hommes noirs qui lui imposaient la soumission sexuelle dont elle rêvait.

En fin de compte, ce voyage ne s’était pas passé comme elle l’avait pensé. Judith croisa un gang de motards noirs et maintenant elle était leur propriété. S’arrêtant dans un bar le long de la route, elle fut baisée par plusieurs d’entre eux ainsi que par certaines putes blanches du gang. Impuissante à se défendre, elle obéit aux ordres et directives. Elle vécut un fantasme que d’autres auraient appelé un cauchemar. Habillée maintenant aux couleurs du gang avec un débardeur serré et une veste du gang ainsi qu’une mini-jupe en jean et des bottes noires à talon, Judith était très sexy. Son corps était fait pour ces vêtements, elle faisait une salope magnifique.

Depuis qu’elle devint la propriété du gang, il ne se passait pas plus de 3 ou 4 heures sans une bite dans sa bouche, sa chatte ou son cul. Plus ils l’utilisaient, plus elle devenait dépendante.

Les « Chevaliers noirs » lui prirent également tous ses biens y compris son argent, ses cartes de crédit, ses bijoux et sa voiture. Son alliance et sa bague de fiançailles furent prises alors qu’un homme la baisait sauvagement tout en lui demandant qu’elle le supplie de prendre ses bagues.

Sa voiture disparut dès le premier jour. Elle savait qu’ils l’avaient vendue à une casse qui allait la démonter.

Maintenant, on l’amenait dans un bungalow en préfabriqué se trouvant dans un terrain vague dans le désert.

Alors qu’elle entrait dans la chambre, elle vit Rodney, le chef, assis sur une chaise à côté d’un petit poêle. Ses jambes étaient détendues et son visage affichait un sourire ironique. Il aboya!

– Viens ici salope que je puisse mieux te regarder!

Judith parcourut les dix mètres la séparant de l’homme et immédiatement se laissa tomber à genoux en baissant la tête.

Rodney mit sa main sous son menton et regarda cette beauté qui lui appartenait maintenant.

– Tire la langue sale pute!

Judith obéit.

Rodney la regarda dans les yeux et lui dit :

– Je pense que nous allons faire mettre un piercing sur cette langue afin que tu nous donnes plus de plaisir. Es-tu d’accord ma pute?

– Oui, s’il vous plait Monsieur. Murmura-t-elle.

Le corps de la femme frissonna et sa chatte s’humidifia. Plusieurs fois elle aurait voulu un piercing mais son statut ne lui permettait pas. C’était interdit par son église et elle aurait été vilipendée par les membres de son association. Et puis, qu’aurait-elle pu dire à son mari qui croyait que le sexe oral était un péché.

Mais Judith aurait voulu sentir la boule de métal sur sa langue ainsi que la réaction des hommes quand elle suçait leurs bites.

– Lève-toi et enlève le haut! Commanda Rodney.

Judith obéit et laissa tomber sa veste sur une chaise à proximité. Ensuite elle tira sur son débardeur, dévoilant ses beaux seins. L’homme les regarda puis tendit la main pour les soupeser et serrer les mamelons afin de voir comme ils réagissaient.

– Ces seins auraient besoin d’être plus gros, ne penses-tu pas salope?

Il en discutait comme d’une miche de pain. Elle répondit docilement :

– Oui Monsieur. Ils devraient être comme vous le voulez.

– Enlève jupe te culotte maintenant que je puisse voir le reste de ma chienne.

Rapidement, elle défit le bouton de la jupe puis elle laissa tomber jupe et culotte sur ses chevilles afin de les écarter d’un coup de pied.

Rodney tendit la main et plaça son index le long des plis de la chatte de la femme. Il fit glisser lentement son doigt. Elle était tellement humide que le doigt fut recouvert de jus en peu de temps.

– Ouvre ta chatte avec tes mains salope.

Elle obéit en tremblant. Son excitation augmentait alors qu’elle savait qu’il la contrôlait complétement. Le doigt de l’homme joua avec son clitoris et sa chatte pendant un petit moment. Pendant ce jeu, il dit :

– Je Adana Escort veux que ta chatte soit percée aussi.

Judith haletait tandis qu’il continuait son doigté taquin.

– Oui Monsieur.

Elle gémit alors que deux doigts forcèrent l’entrée de sa chatte pour y pénétrer profondément.

– Maintenant tu vas te tourner et lorsque j’aurais sorti ma bite, tu t’assiéras dessus et tu me baiseras.

Elle se tourna rapidement et elle regarda entre ses jambes nues. Elle vit l’homme noir sortir son gros membre rigide. Elle baissa son sexe afin de s’empaler complétement sur lui. Elle plaça ses mains sur ses genoux et commença à soulever puis laisser tomber ses fesses sur le poteau de chair. Puis elle recommença, de plus en plus vite. Ca la rendait folle, si bien qu’elle ne put se contrôler. Elle cria sous l’intensité de l’orgasme mais elle savait qu’elle devait continuer pour satisfaire l’homme sous elle. Son corps trembla pendant une minute puis elle se reprit et recommença son va et vient sur la bite du noir. Celui-ci lui dit :

– Tu aimes te faire baiser?

Judith l’admit alors qu’elle sentait encore le plaisir monter en elle.

– Dans quelques semaines, lorsque j’aurais fait grossir tes seins de chienne, je vendrais ton cul pour gagner un peu d’argent. Ca ne te dérange pas salope?

Rodney gifla le cul de la femme alors qu’elle redescendait sur son membre. Les claques et la bite profondément enfoncée en elle amenait peu à peu Judith à un nouvel orgasme. Mais l’idée de devenir une prostituée pour le gang l’excitait encore plus. Encore une fois, l’homme claqua son cul et elle accéléra son mouvement sur le sexe dur.

Tout en attrapant un mamelon pour le tordre, le chef de gang grogna :

– Je t’ai posé une question chienne!

Un mélange de douleur et de plaisir envahissant son corps, Judith gémit :

– Oui je veux être votre pute. Tout ce que vous voudrez Monsieur.

– Je le savais! répondit Rodney tout en sentant la chatte de la femme se serrer autour de sa queue.

Il cria alors qu’il se vidait à l’intérieur de son nouveau sac à sperme. En même temps, elle jouit elle aussi. Lorsque le noir eut fini d’éjaculer, il poussa Judith qui roula par terre. Il dit juste :

– Débarrasse le plancher maintenant!

Judith se releva lentement, attrapa ses vêtements et sortit dans l’air frais de la nuit. Alors que son corps nu se recouvrait de chair de poule, elle vit deux des motards la regarder et lui faire signe de les rejoindre. Ils étaient assis à côté d’un feu, buvant une bière dans la semi-obscurité. Elle ne prit pas la peine de remettre ses vêtements avant de se diriger vers eux.

Un des motards l’attrapa par les cheveux pour l’emmener vers la banquette d’un gros camion qui faisait office de banc. Il s’assit tout en obligeant la femme à se mettre à genoux. Tout de suite, Judith défit la ceinture et baissa la braguette de l’homme afin d’extirper la grosse bite noir du pantalon. Ses petites mains saisirent le sexe qu’elle caressa à plusieurs reprises avant de le prendre en bouche. La main de l’homme caressait sa tête qui montait et descendait sur le membre.

Elle sentit l’autre homme qui la repositionner sur ses genoux. Elle se doutait qu’il allait la prendre par derrière. Subitement, avec un coup puissant, le noir fit entrer profondément sa bite dans la chatte humide. Elle sentait qu’il la remplissait totalement avec sa queue.

Elle haleta autour de l’autre sexe et gémit quand le black la pilonna avec de grands coups de reins.

– Quelle chienne en chaleur! dit-il alors qu’il sentait que Judith en réclamait encore plus.

L’autre motard avait la tête de la femme dans ses mains et baisait violemment sa bouche. Il forçait sa bite dans sa gorge, coupant la respiration de Judith pendant de brèves périodes de temps. Elle aimait ce traitement rude et elle pouvait sentir la force de l’homme qui tirait sur ses cheveux pour s’enfoncer tout au fond de sa gorge. Etre utilisée comme une pute par ces deux hommes à la fois la rendait folle de plaisir.

– Attend une minute James!

L’homme assis retira son sexe de sa bouche et la regardant il dit :

– Peut-être qu’elle ne veut pas de nos bites. Peut-être devrions-nous arrêter.

L’homme derrière elle stoppa sa pénétration et demanda :

– Veux-tu que nous arrêtions salope? Ou veux-tu qu’on continue à te baiser tous les deux?

Judith gémit et supplia :

– S’il vous plaît, vous devez me baiser! Ne vous arrêtez pas! J’ai besoin de vos bites donc….S’il vous plaît……..s’il vous plaît…….. baisez moi! baisez votre salope!

Ils furent contents car ils recommencèrent à la baiser dans sa chatte et dans sa bouche encore plus vigoureusement. Judith était tellement submergée par la frénésie sexuelle que lorsque le premier motard éjacula dans sa bouche, elle fut presque étouffée par l’énorme quantité de sperme avant de pouvoir l’avaler.

A peine l’homme fut sorti de sa bouche, qu’un autre motard l’attrapa par les cheveux et lui fourra sa grosse bite noire dans la bouche.

Elle jouit lorsque le black derrière elle Adana Escort Bayan inonda de foutre son ventre accueillant. Puis il se retira en disant :

– Regardez cette salope! un vrai sac à foutre! une vraie chienne!

Un autre motard prit la place derrière pour la bourrer. Il l’utilisa comme ça pendant un moment puis se retira pour la retourner sur le dos. Il saisit ses chevilles habillées des bottes à talons hauts puis la pénétra pour la baiser furieusement. Judith leva les yeux sur l’homme et dit :

– Oui baisez moi comme ça! Utilisez-moi comme vous le voulez! baisez-moi durement!

Encouragé, l’homme écrasait la femme à grands coups de hanches, son os pubien tapant le clitoris. Judith criait de plaisir. L’homme attrapa les mamelons de sa partenaire pour les pincer et les tordre. La femme jouit une fois de plus en un cri intense.

Le noir sortit sa bite et avança vers le visage de la rousse qu’il caressa avec sa queue puis il jouit et gicla, couvrant le nez et les yeux de la femme qui essayait de récupérer le plus de sperme possible avec sa langue. Puis elle vit que l’homme reculait mais qu’une autre bite éclatait sur sa figure, un autre flot de sperme rejoignant la crème blanche déjà étalée sur son visage.

Un autre motard s’était déjà enterré dans son vagin et la pilonna pendant une minute ou deux avant de sortir et positionner son gland à l’entrée de son petit trou de cul serré.

– Veux-tu que je t’encule salope?

Sans attendre la réponse, il poussa en avant et pénétra son anus.

– Ahhhh! Mon Dieu! s’il vous plaît……… oui s’il vous plaît, enculez-moi! Mettez votre grosse bite noire dans le cul de votre pute blanche….. S’il vous plaît, s’il vous plaît.

Elle supplia alors qu’il s’installait profondément dans son cul. Elle cria de la douleur de la pénétration mais elle le voulait. Elle avait besoin d’être utilisée de cette manière par tous ces membres noirs. Il tenait les cuisses de la femme sur sa poitrine tout en la pilonnant la regardant crier et supplier avec son visage couvert de sperme.

Judith vit qu’à sa droite, un autre motard était en train de se masturber. Instinctivement, elle prit le gros sexe dans sa main et commença à le branler. Une autre bite apparut près de sa tête. Elle ouvrit la bouche et l’engloutit entre ses lèvres, savourant la taille et le goût de celui-ci.

Judith savait que tout le gang de motards voudrait utiliser la chatte de cette mère de famille blanche. Mais le souvenir de sa famille et de son mari était loin. Elle voulait encore plus de grosses bites et de sperme. Elle avait exactement besoin de ce que les motards lui faisaient subir.

Tout se termina une heure plus tard environ quand, une bite dans le cul et une autre dans la chatte, elles crachèrent leurs semences en même temps, provoquant un nouvel orgasme à la femme.

Puis, alors qu’elle gisait épuisée sur le sol, d’autres motards se branlèrent sur elle alors que certains pissèrent partout sur les courbes sexy bien baisées.

Enfin seule, Judith put se relever et marcher jusqu’à la salle d’eau pour se nettoyer et rejoindre la cabane qu’elle partageait avec trois autres salopes blanches du gang.

Elle s’endormit rapidement et elle fut réveillée le lendemain par les moteurs de moto ronflant à plein régime. Une main solide la tira du lit :

– Il est temps d’aller en ville salope!

Ce fut les seuls mots de Rodney. Elle s’habilla avec les vêtements habituels des femmes du gang. Elle ne connaissait pas le but de ce voyage en ville mais elle sortit à l’extérieur et grimpa derrière le chef du gang. Avec 5 autres motards ils démarrèrent. Il leur fallut 45 minutes pour arriver à leur destination. Ils s’arrêtèrent dans la rue principale près d’un petit magasin de tatouage engoncé dans une rue latérale. Alors qu’ils pénétraient tous dans le local, il devint évident à Judith qu’ils connaissaient l’endroit.

Le propriétaire était un grand homme blanc couvert de tatouages et de piercings. Sa tête était complétement rasée et ses muscles roulaient sous son débardeur.

Il échangea avec Rodney une étreinte fraternelle tout en demandant :

– De quoi as-tu besoin mon ami?

– Ma nouvelle chienne a besoin de piercing sur sa langue et sur sa chatte comme tu sais si bien le faire. Répondit le black.

– Comment vas-tu me payer cette fois? argent ou autre chose?

– Désolé mais pas d’argent cette fois Steve. Tu l’utilises comme tu veux avant de la percer. Je te la laisse pendant quelques heures. Tu pourras me la ramener au bar lorsque tu auras fini.

Les motards commencèrent à sortir quand le tatoueur demanda :

– Est-elle bonne?

Tout en sortant, Rodney déclara par-dessus son épaule :

– Oui cette chienne aime la bite, tu ne seras pas déçu.

Alors que le motard quitta le magasin, Steve se dirigea vers la porte pour la verrouiller puis il mit le panneau « Fermé ». Il se tourna vers Judith et lui fit signe de passer dans la pièce à côté. Il fixa le cul sexy de la femme en la suivant.

Dans la pièce où il travaillait, trônait ce qui ressemblait Escort Adana à une vieille chaise de barbier. Tout autour, il y avait quelques armoires et tables avec des aiguilles de tatouage ainsi que des outils de perçage, des anneaux et des clous d’argent.

Judith frissonna en jetant un coup d’œil tout autour. Elle était à la fois effrayée et excitée. Les murs étaient couverts de dessins à tatouer et elle vit sur le mur l’emblème du gang des « chevaliers noirs ».

– A poil salope!

Steve jeta ces mots tout en s’asseyant sur la chaise de barbier. Il regarda la femme enlever sa veste pour la mettre sur une petite chaise. Le débardeur, la jupe et le string suivirent. Comme Judith savait ce qu’il voulait, elle se dirigea vers lui et défit sa grosse ceinture, déboutonna le jean et sortit une très grosse bite.

– Suce chienne! Dit Steve dans un grognement.

Il regarda Judith laisser tomber ses lèvres autour de sa hampe et commencer à le branler avec ses mains. La langue travaillait la queue avec habilité si bien que le membre devint bientôt aussi gros que ceux des motards noirs. La femme pensait qu’avec un piercing sur la langue, les hommes seraient heureux qu’elle les suce. Depuis longtemps elle voulait une boule sur la langue, donc elle était très excitée à cette idée. Quelques minutes passèrent pendant qu’elle s’activait à sucer Steve comme une bonne pute. Puis une main attrapa une poignée de ses cheveux roux et les tira.

– Vas t’asseoir sur le bord de la table afin que je t’enfile! Dit l’homme.

Elle obéit et s’assis puis se pencha en arrière tout en écartant les jambes. Le tatoueur se plaça entre ses cuisses et mit son sexe rigide sur les lèvres de la chatte humide et commença à le frotter sur toute la longueur. Judith gémit et sursauta à chaque fois que son gland taquinait son clitoris.

– Tu veux que je te baise salope?

Steve posa la question tout en continuant de se frotter le long de la chatte exposée.

– Oui, je veux votre bite. Je veux être baisée comme une chienne. Pénétrez moi et donnez-moi votre foutre.

Elle le supplia, les yeux à demi fermés, complétement excitée. L’homme la pénétra soudainement, allant taper au fond du vagin. Judith cria sous l’invasion mais ses jambes bottées entourèrent la taille de Steve afin de le tirer en elle. Mais le tatoueur recula et se mit à la pilonner sauvagement et rapidement. Judith devenait folle de plaisir. Elle aimait trop être traitée aussi brutalement. Son corps réagissait, elle allait jouir :

– Oh mon dieu. Faites-moi mal. Continuez!

Steve garda le rythme et la sentit bientôt convulser autour de sa bite alors qu’un orgasme la saisissait. Quand les spasmes de jouissance terminèrent, Steve se retira de sa chatte, retourna la femme sur le ventre.

Ses doigts allèrent chercher dans la chatte humide du jus chaud afin de l’étaler sur la petite rondelle. Enfin il présenta son gland à l’entrée du petit cul, et avec une forte poussée, il entra la tête de son membre à l’intérieur. Judith gémit sous la douleur mais le plaisir n’était pas loin.

Alors que Steve pénétrait de plus en plus son cul, sa partenaire agrippa les bords de la table afin de se stabiliser. Puis quand l’homme commença ses coups de boutoirs, elle l’accompagna en poussant son cul en arrière.

– Oui salope, baise moi avec ton cul, fais-moi jouir!

Ce fut tout ce que dit le tatoueur alors qu’il jouissait en éjaculant profondément dans le cul de Judith. Il attrapa les cheveux roux et tira la femme afin de la forcer plus profondément. Elle sentait les pulsations à l’intérieur d’elle et elle fut heureuse d’avoir fait plaisir à cet homme.

Steve se retira, alla vers l’évier au coin, sortit une serviette, la mouilla et nettoya son sexe. Il jeta ensuite une autre serviette humide à la femme en lui demandant de se laver afin qu’il puisse travailler. Il lui ordonna de s’asseoir sur la chaise de barbier et inclina celle-ci. Il attrapa une table de métal roulante contenant quelques instruments sur une serviette blanche et propre. Il alla se laver les mains à l’eau et au savon avant d’enfiler une paire de gants en latex.

Le perçage de la langue ne pris qu’un instant et même si ce fut un peu douloureux, Judith était heureuse de l’avoir fait. Le tatoueur lui dit qu’il lui donnerait un bain de bouche spécial à utiliser quatre fois par jour en faisant tourner la boule sur sa langue afin qu’elle cicatrise.

Ensuite il leva les jambes de la femme afin de les mettre dans des étriers comme chez le gynéco. Judith compris qu’il n’avait pas éjaculé dans sa chatte pour que le sperme ne goutte pas sur le piercing. Il nettoya et pulvérisa un produit qui eut un effet anesthésiant. Elle n’eut qu’une sensation de pincement lorsqu’il perça sa peau et mit une bague sur les lèvres juste au-dessus de son clitoris. Il prit une pommade antiseptique et l’étala sur l’anneau d’argent. Il lui dit d’utiliser cet onguent plusieurs fois par jour sans oublier de faire tourner l’anneau chaque fois.

Il aida Judith à se lever et se diriger vers un grand miroir en lui demandant si elle aimait ses nouveaux bijoux. Elle tira la langue pour bien voir la boule au centre. Elle était surprise que sa langue n’ait pas gonflée. Ensuite elle écarta les jambes et tira sur les lèvres de sa chatte afin de bien voir l’anneau d’argent. Il brillait. Judith se trouva très sexy et elle dit sincèrement:

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir