La Descente aux Enfers de Jessie 14

Amateur

Je remercie Sadkins116 et Rebeccasm les auteurs de ce récit dont le titre original est « Jesse’s Journey Down a Rabbit Hole » sur ce site.

Dans sa version originale, cette histoire était illustrée, Malheureusement Sadkins116 vient de supprimer sa page sur Literotica. Il m’a affirmé avoir envoyé toutes ses histoires à Rebeccasm qui les republiera peut-être. Si j’arrive à récupérer les illustrations, je les joindrais au texte lors de la publication sur mon blog

.

Enfin, je remercie tous les lecteurs qui me suivent et plus particulièrement ceux qui me laissent un petit commentaire.

Bien sûr, l’avertissement est de rigueur : Ce texte comprend de la soumission féminine et masculine, de la contrainte, de l’esclavage. Si votre esprit est en contradiction avec ces thèmes, ne perdez pas votre temps à le lire.

************

Jessie, le corps en feu, halète comme un chien. Elle ne sait pas ce qu’il lui a été injectée, mais elle ne se souvient pas d’avoir été aussi excitée. Lorsque Kévin et le docteur WILLIAMS commencent à discuter de la possibilité qu’elle fasse une pipe au médecin, elle ne sait pas que faire pour supplier. Son esprit est tellement embrumé par le désir qu’elle ne peut pas parler. Ses yeux se fixent sur la bosse sous la blouse du docteur et elle dit difficilement :

– S’il vous plaît!

Kévin rigole de voir sa mère aussi excitée. Elle bave en regardant l’entrejambe du médecin.

– Allez-y docteur, enfoncez votre bite dans sa gorge. Je ne peux rien faire avec elle dans cet état. Peut-être que si elle jouit, nous pourrons y aller.

Kévin les regarde pendant quelques secondes lorsque son portable sonne. Il ne reconnaît pas le numéro , mais il répond quand même. Ça pourrait être Maître X ou un de ses amis.

*****

Environ une semaine plus tôt, Brenda STEVENS était assis dans la salle d’attente du salon de coiffure et d’esthétique. Elle était là pour se coiffer et se faire faire les ongles. Comme d’habitude, elle était en avance et attendait que sa coiffeuse finisse le précédent client. Elle parcourait un magazine quand elle voit entrer Marcus GRABAS avec un gros homme dégoûtant. Son sang commence à bouillir quand elle le voit. Mais pour ne pas se jeter sur lui et l’étriper elle choisit de s’en aller. Mais alors qu’elle commence à se lever, elle remarque comment il est habillé.

Marcus se tient à quatre mètres de lui et porte un haut blanc très serré, un minuscule pantalon serré qui laisse voir sa bite à travers et des chaussures avec talons. Brenda éclate presque de rire. Elle écoute les esthéticiennes se moquer aussi de son ex-mari. Quand elle était mariée à cette merde, il l’a humilié et il a tout pris. Maintenant elle se rend compte qu’il est devenu une lopette, dominé par l’homme le plus dégoûtant qu’elle n’a jamais vu. Elle regarde avec étonnement les employées emmener Marcus dans l’arrière-boutique en lui tapant le cul en chemin.

Brenda se rassoit pour réfléchir. Son esprit fonctionne à toute allure. Il lui a fallu des années pour se remettre de son divorce. Marcus et Brenda étaient mariés depuis environ deux ans quand elle tomba enceinte. Kévin est arrivé neuf mois plus tard. Ce fut une grossesse très difficile. Ce qu’elle ne savait pas à l’époque, c’est que Marcus voyait Jessie pendant sa grossesse. Juste après la naissance de Kévin, Brenda fit une grosse dépression postnatale, prit trop de calmants et fit une overdose. Ce fut tout ce dont avait besoin Marcus pour divorcer, prendre Kévin et la laisser sans rien.

Brenda voulut se battre, mais son mari avait de meilleurs avocats. Finalement, elle ne reçut aucune pension alimentaire, aucun droit de visite et elle perdit l’argent qu’elle avait économisé pour sa retraite dans le procès. Les frais juridiques ne lui ont rien laissé et l’ont poussé à déménager.

Et aujourd’hui, se trouve devant elle, son ex-mari, habillé comme une femme et dominé par un autre homme.

Brenda ne veut rien de plus que prendre sa revanche. Elle reste assise pendant quelques minutes avant de trouver le courage d’aller voir le gros homme dégoûtant qui s’appelle John. Celui-ci est devant le salon, appuyé sur sa voiture.

John et Brenda parlent pendant près d’une heure. Elle lui raconte le divorce et les conséquences pour elle. Et lui parle de la nouvelle vie de Marcus et de ses nouvelles préférences sexuelles. Quand celui-ci sort du salon après son épilation, Brenda est déjà sur le chemin de retour chez elle en train de téléphoner à Maître X.

Il faut à Brenda un certain temps pour avoir le courage d’appeler son fils, mais là elle est décidée.

– Bonjour Maître X! Répond Kévin.

La seule personne qui l’appelait était Maître X. mais il ne reconnaît pas le numéro.

– Non ce n’est pas Maître X. répond Brenda.

Puis elle continue :

– Tu ne me connais pas Kévin, mais moi je te connais. Enfin… Je ne te connais pas vraiment, mais je t’ai donné naissance.

Kévin reste immobile. Son esprit essaie de comprendre ce que la voix vient de dire.

– Je ne pense pas Ankara escort Madame. Ma mère n’est pas loin de moi. Comment avez-vous obtenu ce numéro?

– Kévin, je m’appelle Brenda STEVENS. Je suis ta mère. Ton salaud de père a divorcé de moi juste après ta naissance. Il m’a tout pris et ne m’a pas laissé garder contact avec toi. Il baisait cette salope de Jessie pendant que j’étais enceinte de toi. J’ai eu quelques problèmes pendant la grossesse et après l’accouchement j’ai fait une grosse erreur. Ton père en a profité pour tout prendre et me quitter.

Brenda prend son courage.

– S’il te plaît Kévin, on peut se rencontrer? S’il te plaît, juste une demi-heure et je te prouverai mes dires.

Elle a besoin que Kévin écoute son histoire. Maître X lui a dit que c’est à Kévin de décider de sa vengeance.

– Écoute Kévin, je ne veux pas m’immiscer dans ta vie. Ce que je veux c’est pouvoir me venger, de préférence sur le cul de ton père. Et le bonus serait de pouvoir m’occuper aussi du cul de la briseuse de ménage.

Brenda prie pour arriver à convaincre Kévin de la rencontrer.

– D’accord, j’ai encore quelques courses à faire, mais on peut se rencontrer dans une heure au café au coin de la 5ème rue et de Main street. Je vous écouterai pendant trente minutes. Dit Kévin.

– J’y serai, tu ne le regretteras pas! Répond Brenda.

Kévin raccroche et appelle Maître X. Il veut savoir ce qu’il se passe. Ils parlent ensemble pendant près de quinze minutes. Ils se quittent quand Jessie titube hors du bureau du médecin. Son visage est tout rouge et ses yeux à peine ouverts. Ses jambes peuvent à peine la soutenir. Elle trébuche vers son fils qui l’attrape par le poignet et la tire jusqu’à la voiture. Il doit se dépêcher s’il doit être au café à l’heure.

Heureusement, le prochain arrêt n’est qu’à quelques pâtes de maisons. Kévin achète une bouteille d’eau sur le chemin et demande à sa mère de la boire pour se ressaisir. Au moment où il trouve une place pour se garer et qu’ils descendent de la voiture, Jessie va mieux. Son corps demande toujours à être libéré de la tension, mais elle arrive à marcher.

Quand ils tournent au coin de la rue, il y a un marché. Et à côté se trouve une porte qui mène dans une bijouterie éclectique.

Jessie suit son Maître dans le magasin. Elle est surprise, car il y a très peu de choses à l’intérieur. Les murs sont lambrissés et l’éclairage au néon. An fond, il y a un grand bureau avec une caisse enregistreuse dessus. Derrière le bureau, un homme chauve parle au téléphone. Il leur fait signe d’attendre pendant qu’il termine son appel.

– Que puis-je faire pour vous? Demande-t-il.

– Je suis Kévin, j’ai appelé un peu plus tôt cette semaine et pris un rendez-vous pour Jessie GRABAS.

– Ah oui, je vous attendais. J’ai ce que vous avez commandé ici.

L’homme se tourne et ouvre un tiroir dont il en sort un petit sac en velours. Il verse le contenu sur le bureau et l’examine attentivement. Il lève les yeux vers Jessie et sourit d’un air narquois.

– J’aime ça, c’est pour elle. Demande-t-il en hochant la tête vers Jessie.

– Ouais! C’est ma salope de mère et mon esclave. Je veux que le monde sache qu’elle m’appartient.

L’homme fait glisser le bracelet sur le bureau vers Kévin. Jessie rougit et baisse la tête. Elle regarde le bracelet et lit son inscription.

Kévin ramasse le bijou et sourit :

– Je veux le mettre à sa cheville et qu’il n’en bouge plus.

– Très bien! Suivez-moi! Dit l’homme.

Il se dirige vers une porte sur le côté de la pièce avec Kévin et Jessie derrière lui. Il s’approche d’une grosse enclume et s’assoit sur un tabouret en bois.

– Mettez son pied sur l’enclume et le bracelet sera définitivement posé.

Jessie regarde son fils. Elle est nerveuse à propos de ce bijou. Elle sait qu’elle est un esclave, mais le faire savoir au monde est une autre histoire. Comment va-t-elle l’expliquer au personnel de l’école? Ils savent tous que Kévin est son fils, mais même si ça va être embarrassant, ça sera toujours mieux que de se retrouver dans la rue. Elle lève la jambe et pose son pied sur l’enclume comme indiqué. L’homme tend la main et touche légèrement sa jambe du genou à la cheville. Il sourit en voyant la réaction de la femme.

Jessie est encore sous l’effet de la drogue. Des éclairs d’électricité montent de sa jambe dans toutes les parties de son corps dès que la main touche sa jambe. Alors que l’homme glisse lentement sa main vers la cheville, Jessie ne peut s’empêcher de gémir. Ses yeux se ferment et sa bouche s’ouvre. Le bijoutier regarde Kévin pour voir s’il a exagéré, mais quand il rencontre le sourire du garçon accompagné d’un hochement de tête. Enhardi, il remonte sa main jusqu’à la cuisse et se retrouve à quelques centimètres de la chatte de la femme visiblement excitée.

Jessie ne fait plus attention à rien, elle est perdue dans son excitation. Son corps change à chaque seconde alors que le médicament se propage dans chacune de ses ankara rus escort cellules. Elle ne sent pas le contact lorsque le bijoutier soude le bracelet sur sa cheville. Mais quand l’homme retire ses mains, Jessie est prête à s’effondrer sur le sol. Son corps est complètement consumé par le désir.

Kévin regarde l’ouvrage du bijoutier et sourit :

– C’est génial! Combien vous doit-elle?

L’homme sort une note et répond :

– Le bracelet est à 500 dollars, la gravure à 40, plus les taxes ça vous fait 583,20 dollars. Nous prenons les espèces ou les cartes de crédit.

– Maman, paie cet homme et fais vite! J’ai un rendez-vous! Ordonne Kévin.

Jessie peut à peine parler alors elle hoche la tête. Elle sort sa carte de crédit et règle la facture. Cinq minutes plus tard, ils sont dans la voiture. Kévin conduit et se dirige vers l’autoroute. Jessie est tranquillement assise à côté de son Maître et elle repense à il y a quelques semaines. Tout était normal, l’école allait débuter et la vie était belle. Elle se souvient d’avoir lu les histoires érotiques. C’est alors que sa vie a changé. Maintenant elle se retrouve comme esclave et son Maître est son propre fils.

Kévin sort sa mère de ses pensées lorsqu’il éteint le moteur et sort de la voiture. Jessie se précipite pour le suivre, elle ne veut pas le mettre en colère. Ils remontent le trottoir jusqu’à une grande porte double d’un immeuble de trois étages. Kévin l’emmène le long d’un couloir jusqu’à une sorte de SPA. Jessie s’en fiche. La seule chose qu’elle a dans la tête c’est de savoir comment gratter les démangeaisons au fond de son corps. Bientôt, elle se retrouve nue sur un lit en acier, mais elle ne se soucie pas si quelqu’un la voit.

Jessie n’avait rien entendu, elle avait simplement obéi mécaniquement. Bientôt un homme en blouse blanche entre et commence à l’attacher. Puis deux autres femmes arrivent et tous les trois travaillent sur le corps de Jessie. Celle-ci ne pense à rien d’autre qu’à ces touchers qui la rendent folle

Kévin quitte le SPA et se dirige vers le café où il a rendez-vous. Il entre et regarde tout autour. Il y a environ une douzaine de personnes éparpillées, mais une seule femme assise toute seule. Il la regarde et remarque sa robe et ses tatouages. Elle a l’âge pour être sa mère et il voit quelques ressemblances, mais il a encore des doutes.

Il s’approche d’elle et demande :

– Es-tu Brenda?

– Bonjour Kévin, oui c’est moi. J’attendais ça depuis si longtemps.à Je sais que c’est difficile pour toi, mais laisse-moi t’expliquer. Veux-tu boire quelque chose? Répond-elle.

– Non ça va, je vais bien. Mais raconte ton histoire, j’ai du mal à te croire.

Kévin pense au fond de son esprit que c’est peut-être la raison pour laquelle il est si différent de ses parents.

Brenda sort les papiers du divorce et commence son récit. Plus elle parle, plus l’esprit de Kévin travaille. « Si cette femme est dure et veut juste torturer papa et maman, ça pourrait le faire quand je suis à l’université » pense-t-il.

La femme termine son histoire et attend que son fils réagisse. Kévin ne bouge pas, il lit tranquillement les papiers du divorce et il apprend comment Brenda a été forcée de renoncer à tout droit parental. Il relit les lettres de Marcus lui disant qu’il ne voulait plus jamais la revoir et que si elle s’approchait, il demanderait une ordonnance de restriction à son encontre.

Il parcourt ensuite le reste des documents qu’elle a apportés et finalement il la regarde à travers la table dans les yeux.

– Donc si je comprends bien tu étais mariée à mon père qui s’est foutu de toi. Il a mis Jessie enceinte, il a divorcé et a exigé ma garde exclusive. Donc il a détruit ta vie. Tu l’avais perdu de vue jusqu’au jour où tu l’as vu au salon de beauté. Maintenant tu me demandes si tu peux exercer ta vengeance sur mes esclaves. Est-ce que j’ai bien compris?

Brenda baisse les yeux sur la table, prend une profonde inspiration et répond lentement :

– Oui c’est exactement ce que je veux. Quand j’ai parlé à Maître X et Maître John, ils m’ont tous les deux dit que tu prendrais la décision. Je t’en supplie, s’il te plaît, laisse-moi avoir ma vengeance. Je déteste Marcus et Jessie. Ils ont ruiné ma vie et je veux retrouver ma dignité. Je ferai tout ce que tu me demanderas, laisse-moi seulement avoir ma vengeance.

Kévin attend quelques minutes. Brenda attend qu’il réponde. Mais plus elle attend et plus elle est nerveuse. Au bout de cinq minutes, elle est certaine qu’il ne va pas lui donner sa chance de se venger. Au bout de dix minutes, elle n’est pas loin de paniquer. Au bout de quinze minutes elle laisse échapper :

– S’il te plaît Kévin, je ferai tout pour me venger de Marcus. Je ferai n’importe quoi!

C’est ce que Kévin attendait, il voulait qu’elle se soumette. Il lui sourit et tend la main à travers la table. Il lui prend ses mains dans les siennes et les caresse doucement :

– Si tu le ankara türbanlı escort veux vraiment, alors va dans les toilettes, enlève tes sous-vêtements et ramène-les moi.

Brenda n’hésite pas une seconde. Elle se lève, remonte sa robe, met ses pouces dans sa culotte et la descend. Puis elle abaisse le haut de sa robe et défait son soutien-gorge qui rejoint bientôt la culotte devant Kévin.

– Maître Kévin, si vous voulez m’humilier pour voir si je le veux vraiment, alors vous devrez mettre la barre plus haute avant de dire non.

Elle le regarde directement dans les yeux et ajoute :

– C’est la première fois que j’ai l’occasion de pouvoir me venger de cet enfoiré. Alors je dis que je ferais n’importe quoi et je le pense.

Elle pousse sa culotte et son soutien-gorge sur la table vers Kévin.

Celui-ci sourit à sa mère toujours assise dans le café, les seins toujours à l’air, ses sous-vêtements sur la table.

– Couvre tes seins et donne-moi ton numéro de téléphone. Je veux que tu viennes à l’adresse que je vais te donner à 20 heures ce soir. Tu suivras mon exemple et tu feras exactement ce que je te dis. Si tu peux le faire alors tu auras ta vengeance.

Kévin attrape la culotte et le soutien-gorge, note l’adresse sur une serviette en papier et sort du café.

Pendant qu’il va récupérer Jessie il parle avec Maître X. Il lui parle de sa rencontre avec sa mère biologique et de ce qu’il a décidé. Maître X lui dit que Brenda peut être une option pour être une maîtresse pour Jessie et Marcus quand il est absent. Kévin met fin à la conversation quand il entre de nouveau dans le SPA.

La tête de Jessie est débarrassée des drogues, mais son corps est encore très excité. Elle est assise dans l’arrière-salle, toujours nue, quand Kévin arrive.

Le garçon s’assoit sur une chaise et ordonne à son esclave de venir devant lui, les mains derrière la tête. Jessie s’exécute rapidement en essayant de lui faire comprendre qu’elle a besoin de jouir.

Kévin sourit et commence à passer ses doigts sur son corps.

– Tu es épilé du cou aux pieds. Tous les hommes aiment les femmes sans poils. Et ça te rajeunit. J’ai hâte de voir Julie à côté de toit nue et épilée. Deux salopes prêtes à être baiser.

Il regarde le bracelet à sa cheville et le tourne pour montrer l’inscription. Il se met à rire :

– Je me demande ce que vont dire les étudiants quand ils verront à qui tu appartiens.

Il saisit les vêtements de sa mère et lui les jette en ordonnant :

– Habille-toi esclave et paie la facture. Assure-toi de donner un gros pourboire. Et retrouve-moi à la voiture quand tu auras fini.

Kevin se lève et sort. Jessie attrape sa robe et ses chaussures pour s’habiller. Puis elle sort de la pièce et se dirige vers le comptoir. L’homme en blouse blanche qui se tient derrière lui tend l’addition. Le montant est de plus de deux mille dollars. Jessie grogne, mais lui tend sa carte de crédit.

– Ajoutez un pourboire au total! Suggère-t-elle.

– Non, nous n’acceptons pas les pourboires par carte de crédit. Toutefois, je sais que tous ceux qui ont travaillé sur vous vous ont trouvée ravissante. Je pense que vous pouvez trouver autre chose comme pourboire.

Jessie hoche la tête et laisse tomber sa robe par terre. Elle se met à genoux et dit :

– S’il vous plaît, laissez-moi vous sucer vous et votre équipe pour vous remercier.

– L’homme sourit et dit :

– C’est mieux comme ça. Suis-moi esclave!

Il se retourne et part dans un couloir avec Jessie à quatre pattes derrière lui.

Kévin attend dans un bar pas loin de la voiture. Il sait que son esclave va en avoir pour un petit moment. Il boit une bière et consulte sa messagerie jusqu’à ce qu’il voie son esclave chanceler dans la rue. Quand elle arrive, il voit que son visage est couvert de sperme et elle rougit. Kévin lui donne une grosse claque sur le cul et lui dit de monter dans la voiture.

Le retour à la maison est très calme car tous les deux pensent à la suite des évènements. Dès qu’ils sont entrés à la maison, Kévin ordonne à Jessie de prendre une douche et de mettre ma tenue qu’il lui a laissée sur le lit. Il est 19 heures et il veut réunir tous ses esclaves avant la surprise.

Alors que sa mère monte les escaliers, il lui dit :

– Ne prends pas trop de temps esclave, et amène la lopette avec toi quand tu auras fini, j’ai des choses à vous dire.

Jessie répond :

– Oui Maître, votre esclave va se dépêcher.

Jessie entre dans sa chambre et trouve son mari Marcus en train de se branler sur le lit.

– Marcus, si Kévin t’attrape, il va y avoir des punitions. Arrête ça, je ne veux pas être punie à cause de toi. Il veut que nous soyons en bas dès que j’aurai fini de me laver et de m’habiller. Tu ferais mieux de te mettre en bas et talons. Dit-elle avant d’entrer dans la salle de bain.

Vingt minutes plus tard, Jessie et Marcus se tiennent devant Kévin, leur maître et fils.

– Regardez-vous tous les deux. Maman tu es une salope et une pute, tu baises n’importe quelle bite qui se présente devant toi. Et toi papa, je parie que si je laisse tomber mon pantalon, tu vas te jeter sur moi. Dis-moi papa, combien de bites as-tu sucé? Et je vois que tu aimes porter des vêtements de femme. Comment peux-tu être mon père? Et d’ailleurs, comment as-tu pu être ma mère Jessie?

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir