Hard Switch

Babes

Attention, mes textes sont souvent qualifiés d’extrêmes. Celui-ci va très loin, aussi si de tels pratiques vous mettent mal à l’aise, surtout arrêtez la lecture, nous sommes là pour nous faire du bien. Même si cela peut passer par du pire! Ce texte est réellement violent.

Je suis suspendu, ou presque, par les mains, jointes au-dessus de la tête, attachées à un anneau du plafond. J’ai tout le corps étiré et je repose sur la pointe des escarpins de 18 centimètres de talon qu’elle m’a fait enfiler, n’oubliant pas de tapisser la semelle d’un gros papier de verre. C’est une idée que j’avais eu pour elle, la forçant à marcher des heures durant ainsi, pour mon seul plaisir de la savoir souffrir de ma perversion. Mais c’était le risque de nos pratiques, toutes les idées que je pouvais avoir pour elle, risquaient de se retourner contre moi! Et j’ai été moi aussi longuement entraîné à marcher avec des escarpins aux talons démesurés et à la semelle si rugueuse. Pour un homme, dans la rue, ce fut souvent très humiliant.

Je la vois s’affairer, sans trop savoir ce qui m’attend, sinon le pire. Sa beauté m’éclabousse toujours autant. Elle porte un corset victorien, noir et mauve, que j’ai serré, comme toujours, exagérément. Ses hanches larges sont ainsi magnifiquement mises en avant, tout comme ses seins que j’ai préparés avec amour : Ils sont cerclés à leur base par de larges bracelets en acier, qui les font jaillir à l’horizontal, malgré leur volume et leur poids. L’effet est saisissant, presque parodique de quelques dessinateurs célèbres. Ses lourds anneaux aux tétons, que j’ai pris tant de plaisir à poser, puis à élargir, avant de les sceller au chalumeau, pointent et brillent sous les lumières du plafond. Tout comme le gode métallique de huit centimètres qui la transperce et émerge entre ses magnifiques fesses, maintenu par des chaînes à son corset. Comme elle est belle, comme je suis fier de lire mes initiales sur son pubis imberbe, comme toujours. C’est excitant de l’avoir tant contrainte, alors que c’est sa soirée et que c’est moi qui vait devoir souffrir le plus.

Elle s’approche de moi, le regard noir, furieuse que je la regarde avec autant de désir et un grand sourire au visage, tant elle me comble. Mon sexe, une fois n’est pas coutume est sorti de sa cage, tout comme mes couilles de leur sphère. Depuis le premier jour, je n’ai jamais pu jouir, aussi mon désir d’elle est-il fou! Elle m’a enfermé dans une cage bien trop étroite, bien trop parsemée de pointes de dressage, voulant que mon sexe ne soit qu’une souffrance permanente et rempli d’un désir d’elle qui soit chaque jour plus fou. Elle a enfermé mes couilles dans une boule métallique, me les rendant inaccessibles. Mais lui permettant quand même de les torturer en accrochant des poids insensés à l’anneau scellé dans la boule.

Mon sexe est rarement, sinon jamais libéré, aussi je pense que c’est de mauvais augures. Mais du coup il pointe fièrement, ce qui me vaut une dizaine de gifles au visage, qui me laissent KO et me font enfin baisser le regard. N’est-ce pourtant pas un hommage à sa beauté? Elle me traite de pervers, venant d’elle, cela a du poids!

Elle change du coup d’idée pour le bâillon, repose celui qu’elle avait prévu et me prend un bâillon en forme de sexe qui me rentre dans la gorge. C’est une sensation terrible, d’autant qu’elle le sert le plus fort possible, je n’en attendais pas moins d’elle. Un genou dans mon dos lui permet de serrer un peu plus le corset, qui me coupe le souffle, j’ai déjà mal partout.

-Cela fait longtemps que j’y pense, tu vas voir, c’est un de tes fantasmes les plus fous que je t’offre ce soir! J’attends de toi que tu t’offres pleinement. Je t’ai bien fouetté ce matin, mais j’ai encore envie, avant de commencer, je sais comme tu aimes cela, ce n’est pas vrai mon petit esclave?

Quand Charlotte fouette, ce n’est pas pour la galerie. Combien de cravaches, badines, ou cannes a-t-elle déjà cassés? La dernière est en noisetier, et semble plus solide que les autres, en m’offrant aucun répit. Les coups sont profonds, longs à se calmer, déforment ma chair. Elle est de plus en plus experte, et prend un malin plaisir à frapper le même endroit pour créer le plus de dégât possible, variant le rythme, la puissance de fort à trop fort, souvent trop rapides pour que je puisse récupérer entre les coups, trop lentement pour que j’espère qu’elle se fatigue. Tendu comme je suis, j’offre une surface qu’elle prend plaisir à mettre en feu, les marques virant rapidement au bleu ou violet. Heureusement le corset me protège un peu. Pas de rasoir aujourd’hui, pour faire couler le sang, juste ses griffes acérées qu’elle passe longuement sur mes fesses et mes cuisses, avant d’utiliser une tapette hérissée de pointes qui réduit mes chairs en bouillie.

Je suis déjà complètement parti, et c’est sans doute ce que Charlotte voulait, que je plane et profite du spectacle. Comme elle est belle. Cela tourne en boucle dans ma tête. Elle approche une table en bois, que je ne connais pas, la règle en hauteur afin que mon sexe comme mes couilles reposent dessus, naturellement. Bodrum Escort Je frissonne. De plaisir? D’angoisse? De désir pour elle j’en suis certain. Je sais ce qu’elle va faire, même si je n’ai pas les détails. Et j’ai très peur.

Elle caresse mon sexe qui n’attend que cela pour s’allonger autant que possible. Mon prépuce est à l’air libre, il y a déjà longtemps qu’elle m’a circoncis de façon sauvage, sans anesthésie. Elle est infirmière, passionnée de chirurgie et son travail est très réussi, je trouve. Elle saisit alors un demi-anneau en métal avec des pattes de fixation, y glissant mon prépuce gonflé. C’est difficile car il est gros mais en forçant le demi-anneau trouve sa place à la base du prépuce, et elle le tire en avant aussi fort que possible, éloignant le bout de mon sexe de mon corps, dans une tension douloureuse. Elle le maintient ainsi en extension maximale, avant de prendre une première vis, de fixer une patte du demi-anneau à la planche, puis une seconde vis, pour fixer la seconde patte avec la visseuse. En les serrant au maximum, l’anneau écrase mon prépuce, augmentant encore la tension dans l’ensemble de mon sexe plus long que jamais. Elle me regarde en souriant, fière d’avoir réussi du premier coup, ce qui était au fond la partie la plus délicate. L’objet de sa convoitise est maintenant offert, elle va pouvoir s’en donner à cœur joie.

Elle étale les couilles de chaque côté, étirant la peau au maximum, comme un ravioli, la boule ne faisant plus que le seul relief existant. Méthodiquement elle agrafe la peau, en la tirant au maximum, me faisant sursauter à chaque fois. C’est à peine douloureux, je dois l’avouer. Mais la vision de cette peau complètement aplatie, avec la couille ainsi, aussi proéminente est fascinante et paniquante. Je sais bien qu’elle ne va pas s’arrêter là.

Une fois les deux couilles bien épinglées comme de vulgaires papillons, elle fait de même avec la peau de mon sexe. Je ne bande plus du tout, aussi le volume a beaucoup diminué, et la tension augmentée puisque mon prépuce ne peut se rétracter! La peau est agrafée de chaque côté, les agrafes les unes à côté des autres. Cela brûle un peu. C’est surtout spectaculaire. Ma chair est ainsi offerte à son sadisme. Elle filme tout, adorant publier sur notre blog nos folies, à visage découvert, ce qui augmente notre excitation et notre peur. Là elle a mis nos deux téléphones, un pour immortaliser mon sexe, l’autre mon expression! Elle veut saisir mon visage quand elle sort le sachet de vis qu’elle a acquises pour l’évènement. Et je panique.

Je me contrôle, je me raisonne, mais je me dis que ce n’est pas possible.

-Je sais, tu m’as dit que dans le corps spongieux cela faisait beaucoup de dégâts, et plusieurs semaines pour récupérer. Justement cela m’amuse. Et pour ce que je fais de ton sexe… Si je ne pouvais le maltraiter, je crois que je te le couperais. Ce serait sans doute très amusant, un centimètre par mois, qu’en penses-tu? Bon après je m’occupe de tes couilles, puis de ton petit bout de sexe qui palpite là. La soirée sera tellement longue!

J’avais imaginé des clous, c’est propre et net, un coup, cela fait hyper mal et c’est fini, et surtout, net oui c’est cela le terme. Là avec les vis cela va être un massacre. Elle est folle. Mais cela je le sais. Et là encore, le coup des vis j’ai été le premier à les employer dans ses seins. Je sais très bien ce que cela fait. Mais c’est mon sexe! Elles font une dizaine de centimètre et je les trouve bien trop épaisses.

Elle pose la première vis en plein milieu de mon sexe. Elle va traverser aussi mon urètre, ce n’est pas possible! Je sens la piqure de la pointe qu’elle appuie fortement, comme pour marquer la position. Je ne peux absolument pas bouger, je ne peux que regarder. Ou pas. Mais je choisi de regarder, fasciné. Elle prend son temps, m’offre un sourire qui me fait fondre, fait tourner la perceuse pour me faire peur, puis la positionne sur la vis qu’elle maintient toujours aussi fort. La perceuse démarre doucement, la douleur est intense, à la limite du soutenable, la peau brûle. Le ventre noué, je vois la vis pénétrer doucement dans ma chair, m’arrachant des cris étouffés par le gode dans ma gorge. C’est indescriptible, la vision est monstrueuse et pourtant je sens un afflux de sang, dû à l’excitation, arriver dans mon sexe, tirant sur la peau agrafée. La vis bute sur le bois de la table, elle a tout traversé, Charlotte appuie plus fort, voulant la faire pénétrer, il reste 5 centimètres qui rentrent et disparaissent de ma vue. J’ai une chute de tension, mais une gifle de ma sadique préférée me ramène. Pas question que je rate le spectacle.

-Il ne t’en reste plus que 9 il faut bien que tu profites, je ne sais pas si on pourra recommencer un jour, et dans quel état sera ton pauvre sexe inutile.

Elle répète l’opération 4 fois, et chaque fois c’est la même sensation incroyable de voir la vis disparaître puis s’enfoncer dans le bois. Elle visse jusqu’à ce que la tête émerge à peine de ma chair. Je suis surpris que cela ne saigne pas. Et effaré de me voir dur comme Bodrum Escort la pierre malgré les agrafes, ce qui la fait rire! Je suis complètement vissé à la table, la sensation est folle, j’ai la tête qui tourne. Elle me sourit, me passe un shot de notre rhum préféré et s’attaque aux choses sérieuses. Je crois que je suis plus terrorisé par l’après que par la douleur actuelle.

La sixième vis est pour mon prépuce. Je tremble de tout mon corps, la douleur est immense et les sensations incontrôlables. Je me mets à uriner, elle lèche tout le liquide avec volupté. La vis en s’enfonçant doucement me procure des sensations inconnues, je crois que je vais jouir, je suis couvert de spasmes, de sueur, mais non, je ne jouis pas, c’est autrement plus fort, douloureux, transgressif. Mon prépuce est écrasé par la vis qu’elle enfonce à fond, la sensation est délirante. Je n’en peux plus depuis longtemps!

-Et maintenant, la partie que je préfère, tu vas voir. Je pense que tu vas déguster quand je vais te ravager les couilles. Mais déjà ton sexe est plus beau que jamais, regarde le bien car quand je vais enlever les vis, je crois qu’il va être pas mal détruit.

Je m’attendais à une seule vis dans les couilles, pourquoi deux? Pour doubler le plaisir me répondrait-elle taquine. Je voudrais que ce soit déjà fini. Je regrette là mon fantasme, déjà ce que j’ai subi est totalement délirant. Je ne peux rien faire pour l’arrêter. Nous n’avons jamais eu de safeword.

J’ai le souffle coupé, le ventre est tordu de douleur, un voile noir devant les yeux. Je pends par les bras, je suis parti, j’adore cette sensation, je ne sens plus rien. C’était trop douloureux. Charlotte me gifle longuement, je ne suis pas trop motivé pour revenir, mais je n’ai pas le choix. Sadiquement elle n’a pas fini le travail, la vis est à moitié enfoncée, elle reprend, me forçant à regarder ma couille se faire éclater, puis compresser, comme coupée en deux. Sur la plus grande moitié, elle prend une autre vis, la positionne, appuie, l’enfonce, puis me gifle à nouveau. J’étais en train de partir. Je pleure de souffrance, je n’en peux plus. Il ne reste que deux vis, mon calvaire va s’achever, je crois.

En fait non. Je regarde mon sexe et mes couilles crucifiées, la vue est dantesque, je sais que Charlotte aura des centaines d’orgasmes en regardant les photos et le film, que je serais hyper excité de cette vision, que j’aurais envie de recommencer, que je vais me dire que je n’en aurais pas assez profité, mais là je n’en peux plus. Charlotte me dit que c’est la dernière haie. Ses mains tremblent, la tension est maximale pour elle aussi, je remarque ses cernes noires, elle est épuisée. Se saisissant d’un crayon à cautériser, elle l’approche de mon prépuce cloué à la table. D’un côté elle dessine au feu l’initiale de son prénom. L’odeur est horrible, la sensation supportable, et le dessin plutôt joli. Elle marque son œuvre. Elle va inscrire sa deuxième initiale quand je la vois basculer et s’effondrer par terre. Elle ne bouge plus. Merde!

***

Nous nous sommes rencontrés il y a un plus d’un an. La première vision que j’ai eu de Charlotte, ce fut au travers des barreaux de la cage où j’étais enfermé depuis trois jours, dans la cave de ma Maîtresse d’alors. Sa vue était spectaculaire, menée à 4 pattes par ma Maîtresse, portant un masque à gaz impressionnant. Elle était jeune, peut-être trente ans, la peau très pâle et tendre, mais que je sentais pleine de tension et de fermeté. Ses seins étaient magnifiques, à couper le souffle, je me demandais ce qu’une si belle jeune femme venait faire dans la cage au-dessous de la mienne. Nous n’étions séparés que par deux treillis métalliques bien douloureux.

Nous sommes restés plusieurs heures ainsi, sans échanger un mot, moi ne sachant pas si j’en avais le droit, et elle entravée par son masque à gaz. Quant Maîtresse est venue nous chercher, elle m’a demandé si je n’avais pas envie de me soulager. Une réponse négative aurait été surprenante puisque j’avais du boire un litre d’eau juste avant l’arrivée de l’inconnue. A ma grande honte, elle me demanda de me soulager à même la cage, inondant ma voisine d’infortune de ma pisse abondante, sous le rire de ma Maîtresse.

La jeune femme ne réagit guère et nous avons été extraits de notre cage pour suivre ma propriétaire jusqu’à son salon. Les tapis avaient été retirés pour que la soumise ne fasse pas de tâches partout. Ma Maîtresse avait organisé une soirée avec un autre couple, lui dominant et Charlotte soumise. La soirée fut plutôt étrange, tant les deux dominants semblaient se séduire et vouloir surtout être ensemble. Ils nous firent nous dominer l’un l’autre. Ainsi Charlotte me défonça longuement le cul d’un gode ceinture impressionnant au vit recouvert de petites boules stimulantes. Non seulement l’impression était très profonde, mais la jeune femme s’en donna à cœur joie, je sentais en elle une violence terrible, que les coups de cannes qu’elle m’asséna ensuite, sur l’ordre de ma Maîtresse, me confirmèrent. Jamais je n’avais été battu aussi fort.

Quant à elle, Escort Bodrum je la défonçais alors tout autant après qu’elle ait nettoyé le gode, sorti de mes entrailles, de sa bouche gourmande, et que j’ai alors enfilé la culotte gode. Pas question de me servir de mon sexe! Il ne fut libéré que pour qu’elle me le nettoie consciencieusement, à ma grande honte. Je n’avais pas eu le droit de me nettoyer depuis une semaine et ma propre odeur me donnait envie de vomir. Charlotte semblait adorer, et elle me confirma plus tard son goût insatiable pour le crade. Elle était servie.

J’eu alors l’énorme plaisir de me venger de ses coups de canne assassins, ayant carte blanche pour marquer ses seins magnifiques et puissants. Elle était allongée sur le dos, les bras tirés derrière elle, m’offrant ainsi toute la surface de ses mamelles et surtout ses tétons bien positionnés. Quand j’arrêtais, un peu hagard, les trainées violettes et rouges zébraient toute la surface, les tétons saignaient et les yeux de Carlotte étaient dans le vague. Les deux maîtres ne faisaient que s’embrasser, sans trop se soucier de nous et nous remirent rapidement à la cave pour la nuit. Je me sentais un peu mal de m’être laissé aller ainsi, sans trop comprendre pourquoi j’étais allé aussi loin.

-Ça va? Tu n’as pas trop mal aux seins (nous étions de retour dans nos cages respectives. Maîtresse m’avait refait boire avant de m’enfermer dans le but de continuer d’asperger Charlotte, qui commençait à bien sentir)

-Oh si, tu m’as fait mal comme jamais. J’ai adoré!

-Oh! moi aussi, tu m’as tellement donné envie de te taper.

-Luc ne me frappe pas assez fort, je le lui dis, mais il n’y arrive pas. Là c’était super. Et toi?

-Pareil, je n’ai jamais été fouetté ainsi, je sens encore mes fesses et mes cuisses. Mon cul aussi, quel Gode!

-Mon préféré, je peux passer des heures à m’empaler dessus. Je rêve d’une fuck machine qui me défonce ainsi toute la nuit, et passer ensuite à la taille supérieure.

-C’est trop excitant. Tes seins suscitent tellement d’envie, tu sais, prendre un couteau, ouvrir toutes tes marques, faire couler le sang, planter la lame dans le téton.

-Mmmhhh tu me fais jouir, c’est tellement ce dont j’ai besoin (et elle jouit bruyamment, encore une fois, n’ayant cessé de jouir tout à l’heure que ce soit sous mes coups de ceinture gode, ou lorsqu’elle me léchait si dégueulasse.)

Enfermés pour la nuit, nous avons longuement échangé sur nos fantasmes, nos frustrations, nos désirs. Je réalisais qu’en fait je suis largement insatisfait, ma Maîtresse n’était pas assez exigeante, très peu sadique et finalement plutôt vanille. Charlotte s’excitait à ce qu’elle pourrait me faire subir, tout autant que moi ce que je pourrais lui infliger. Quant à son Maître, il était de pacotille et elle le manipulait comme elle voulait, quoiqu’il était bien trop soft à son goût.

Avant de rentrer chez elle au petit matin, elle me laissa son tel, j’avais trop envie de l’embrasse, de la prendre, de la battre. Elle dégageait une violence incroyable, enrobée d’une sensualité que je trouvais torride. La cave était bien vide sans elle. Ma Maîtresse vint me chercher et nous reprîmes le cours de notre relation, ma tête ailleurs. La sienne aussi. Elle ne s’en cachait pas, elle avait flashé pour Luc le Maître de Charlotte, qui aimerait se soumettre à elle, et elle était très partante. Moi là-dedans? Elle était évasive, cela ne présageait rien de bon. Elle me négligeait, revoyant souvent Luc en m’enfermant dans mon placard, je décidais alors que j’étais dégagé de mon engagement et j’appellais Charlotte. J’avais inscrit précautionneusement son numéro pour le cas où.

C’est curieux comme des choses très compliquées au premier abord, peuvent se dérouler simplement. Luc est venu prendre ma place auprès de ma Maîtresse, je retrouvais mon appartement avec plaisir, Charlotte ne rêvait plus que de sévices extrêmes, d’humiliations immondes avec moi, et toute cela sans le moindre heurt, et finalement sans la moindre émotion négative. Notre relation avec ma Maîtresse était arrivée au bout, et je ne l’avais pas réalisé. J’avais le cœur battant en attendant l’arrivée de Charlotte, tout à moi pour un week-end entier. Nous n’avions pas encore discuté du mode opératoire entre nous, il allait falloir inventer un truc nouveau. J’avais préparé de quoi manger et boire pour les deux jours, sorti tous les accessoires que j’avais, ainsi que de nouveaux que j’avais commandé en prévision. Je tressaillis quand la sonnette retentit. Je me sentais, plus que jamais, face à mon destin. Je craignais tellement d’être déçu.

Je la regardais pour la première fois vraiment. Ses yeux noirs et brillants, intenses. Sa peau si claire, si douce. Ses cheveux raides, noirs, au carré. Ses lèvres pulpeuses, tellement pulpeuses. Son corps puissant, solide, magnifique, les hanches larges, le ventre à peine marqué. Elle était un peu plus petite que moi, mais mesurait au moins un mètre soixante-quinze. Nous nous sommes regardés intensément, quelque chose de fou en nous. Ou peut-être notre folie s’exhalant enfin. Elle sauta sur moi, me dévora la bouche. Je ne fus pas en reste, je saisis ses mamelles, qu’elle avait laissé libres sous son chemisier, je les serrais et les pétris tandis qu’elle envahissait ma bouche, et cherchait mes couilles pour les serrer.

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir